Investir dans les OPCVM, meilleur manière pour préparer sa retraite? Tout savoir

Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières encore connu sous l’acronyme d’ OPCVM, est un instrument financier qui permet de bien investir ou gérer l’épargne. Il se décline en une grande variété de types et comporte plus ou moins de risques pour les investisseurs en fonction de leur profil et leurs. Cet instrument financier est très utile pour les fonctionnaires qui souhaitent préparer leurs retraites. Découvrez en plus dans la suite de votre lecture

Le principe des OPCVM

Derrière cet acronyme énigmatique, investir dans des OPCVM vous donne accès aux marchés financiers, mais de manière indirecte. Concrètement, en investissant votre épargne dans des OPCVM, vous acquérez, avec d’autres investisseurs, des actions ou des titres d’OPCVM. Le gestionnaire du fonds, un gestionnaire d’investissement agréé, place l’argent demandé par l’investisseur sur les marchés financiers en achetant et en vendant des actions, des obligations et d’autres actifs financiers. Le fonds, qui n’est pas coté en bourse, a une valeur égale au montant du portefeuille (la somme des actions et des obligations) et est calculé quotidiennement, après la clôture du marché. En outre, il existe deux grandes familles d’OPCVM dont les modes de fonctionnement et d’organisation différente. 

  • SICAVs : sociétés d’investissement à capital variable 
  • FCP : Fonds Communs de Placement (FCP)

Outils de diversification des portefeuilles d’investissement

La règle d’or pour les investisseurs est de ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier afin de réduire le risque de leurs investissements. Ce principe s’applique également aux OPCVM, qui investissent dans plusieurs actifs (des dizaines à des centaines de titres) et constituent ainsi un portefeuille diversifié. Tous les OPCVM ne suivent pas la même stratégie d’investissement et certains ont une stratégie d’investissement plus agressive. Avant d’investir dans ce type de fonds, vous devez définir votre tolérance au risque et vos objectifs d’investissement et comprendre le profil de l’investisseur. Le niveau de risque d’un fonds dépend de plusieurs facteurs, notamment le risque géographique, le secteur d’investissement (par exemple, la santé, l’énergie) et la classe d’actifs du portefeuille (marché monétaire, actions, revenu fixe). Par exemple, les investissements en actions offrent généralement des rendements attendus plus élevés sur une période d’investissement plus longue, au lieu d’être plus risqués que les investissements en obligations. L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) classe les OPCVM dans les six catégories suivantes : 

  • Fonds en actions : fonds dont au moins 60% sont investis en permanence sur le marché boursier ;
  • Les fonds obligataires, qui évoluent en fonction des taux d’intérêt;
  • Les fonds du marché monétaire, qui sont liés à des indices du marché monétaire. Peut impliquer un risque de perte plus limité en contrepartie de l’atteinte de rendements limités ;
  • OPCVM alternatifs;
  • Fonds à formule OPCVM qui visent à définir des conditions de performance en fonction de l’évolution des indices boursiers ;
  • OPCVM diversifiés, comprenant des fonds qui n’appartiennent à aucune autre catégorie et qui offrent un niveau de risque plus faible.

Combien coûtent les OPCVM ?

Les OPCVM facturent différents types de frais, qui réduisent le rendement des parts. La nature et le montant des frais doivent être indiqués dans la documentation du fonds. L’Autorité des marchés financiers (AMF) répertorie trois principaux types de frais qui ont un impact significatif sur le rendement global. 

  • Frais d’entrée : lors de l’achat de parts dans un fonds commun de placement, les investisseurs doivent payer des frais, généralement compris entre 0 et 5 % des fonds investis ;
  • Les frais courants, y compris les frais de gestion : ces frais sont appliqués au rendement de vos parts. Certains fonds facturent également des commissions de performance ;
  • Frais d’enveloppe : par exemple, si vos parts sont investies en assurance-vie, il y a des frais de gestion distincts ; selon l’AMF, ces frais sont en moyenne de 0,8 % et sont prélevés sur les fonds investis après application des autres frais.
Retour haut de page